Ostéoporose et herboristerie – Nos os peuvent-ils rester solide avec le temps?

Depuis les 20 dernières années l’ostéoporose est passée d’une condition rare affectant les femmes de plus de 65 ans à quelque chose qui pourrait arriver à tous. Mais est-ce vraiment la réalité? Est-ce que nos os se détériorent sans que nous ne puissions rien y changer?

Qu’est-ce que l’ostéoporose?
L’ostéoporose est une condition où les os peuvent perdre jusqu’à un tiers de leur densité. Le tissu restant est poreux et fragile entrainant de la douleur constante et un risque de fractures accru lors d’activités quotidiennes normales comme en marchant ou en toussant. Il y a 20 ans le diagnostique était établit lors d’une fracture suite à un impact mineur, mais de nos jours l’ostéo-densitométrie permet de mesurer la densité osseuse et d’en suivre son évolution. Ce test ne permet pas par contre de différencier entre le tissu osseux calcifié et le tissu sain et donc d’évaluer la solidité et la flexibilité des os. Il peut être intéressant de faire une première mesure et en suivre l’évolution, si la densité osseuse reste stable au fil des ans il n’est pas forcément nécessaire d’intervenir même si elle semble légèrement plus faible que la normale. De plus, évaluer la solidité et la texture des ongles et des cheveux peut donner une idée de la santé des os.
Une résorption du tissu osseux est normale et souhaitable. Ce catabolisme (ou destruction des tissus) permet à l’os de se renouveler (anabolisme ou construction). Les nouveaux tissus sont plus solides et flexibles. Avec l’âge, à partir de la trentaine, le rythme de destruction devient plus grand que la construction de nouveaux tissus d’environ 0,5 à 1 %. À la ménopause et avec la chute d’hormones reproductrices dans l’organisme cet écart peut s’accélérer jusqu’à 1 à 5 %. L’alimentation et les plantes médicinales peuvent grandement améliorer le rapport entre les deux et stabiliser la solidité des os. De plus, l’exercice régulier, en augmentant la demande sur l’os, permet d’améliorer la densité osseuse en favorisant la construction de nouveaux tissus plus solides et flexibles.
Quels facteurs augmentent la fragilité des os?

  1. Stress chronique et destruction des tissus : La perception chronique de la réalité comme étant dangereuse entraine des déséquilibres physiologiques dans l’organisme. Une situation normale peut être perçue comme un danger par perfectionnisme, lorsqu’il y a difficulté d’exprimer les émotions ou lorsque l’envie de plaire est très forte. Pour le corps, que le danger soit réel ou imaginé, l’impact reste le même. À long terme, les glandes impliquées dans la gestion du stress – l’hypothalamus, l’hypophyse et les surrénales – s’épuisent et il s’installe de l’inflammation chronique dans les tissus, mais surtout une augmentation du catabolisme par rapport à l’anabolisme. Dans le cas des tissus osseux, la fabrication de nouveaux tissus diminuent par rapport à leur destruction, les os perdent donc de leur densité. Les plantes médicinales adaptogènes, en diminuant et en réparant l’impact du stress sur le corps, peuvent directement rééquilibrer ces glandes maitresses et augmenter les processus anaboliques de tout l’organisme.
  2. Hypochlorhydrie et mauvaise assimilation des nutriments : L’absorption du calcium et des minéraux nécessite un taux d’acide chlorhydrique important dans l’estomac. S’il n’est pas présent, même avec les meilleurs choix alimentaire ou de supplémentation, le calcium est les autres minéraux nécessaires à la formation des os ne seront pas assimilés. Les causes d’hypochlorhydrie peuvent être variées : stress chronique, manger à des heures irrégulières, mâcher de la gomme régulièrement, médication « anti-acide ». Dans tous les cas il importe de rééduquer le système digestif en consommant des aliments ou des plantes médicinales amers avant les repas. Le goût amer va stimuler la sécrétion de tous les sucs digestifs, dont l’acide chlorhydrique, en plus de stimuler le péristaltisme et la réparation de la muqueuse digestive. En adoptant cette habitude pendant quelques mois l’organisme retrouve une bonne fonction digestive et tous les nutriments sont mieux absorbés. On peut par exemple manger des endives ou de la chicorée, ou encore prendre quelques gorgées d’une infusion de feuilles de pissenlit ou d’une petite décoction de racines de raisin des montagnes avant les repas. Une bonne flore bactérienne est aussi essentielle à l’absorption adéquate des nutriments et la solidité des os.
  3. Carence en Vitamine D : Selon Donald Yance, herboriste américain et auteur du livre Adaptogens in Medical Herbalism, près de 80% de la population Nord Américaine souffre d’une carence en Vitamine D. Des chercheurs de l’Université Harvard à Boston rapportent qu’un apport adéquat en Vitamine D diminue les risques de fractures de la hanche chez les femmes ménopausées, par contre, la consommation de calcium dans l’alimentation ou en supplémentation n’a pas le même effet protecteur (Feskanich et al., American Journal of Clinical Nutrition, 2003).
  4. Sédentarité : Depuis longtemps on sait que l’exercice régulier prévient l’ostéoporose. Le tissu osseux a besoin d’être sous tension pour stimuler son renouvèlement. Des exercices où les os sont sollicités par l’impact, comme la marche, ou la force musculaire, comme la musculation, vont augmenter la fabrication de nouveau tissu osseux. Plus l’exercice est intégré tôt dans la vie, plus les os auront une grande densité avant la ménopause et une meilleure solidité avec l’âge. Après la ménopause, l’exercice reste important puisqu’il permet à l’os de se renouveler et de garder sa solidité.
Santé des os et médecine traditionnelle chinoise
Une faiblesse des os reflète une fatigue de l’énergie des Reins : « les Reins abritent la force de vie des os et de la moëlle ». De plus, selon la médecine traditionnelle chinoise à 49 ans chez la femme, les Reins faiblissent et la ménopause s’installe. Si ces derniers étaient déjà faibles, par hérédité ou par excès de grossesses, de relations sexuelles, de dépense excessive d’énergie ou de maladie, alors la santé des os peut être compromise. On peut constater une faiblesse de Reins par certains signes : dents fragiles, cernes foncées sous les yeux, personnes timides ou facilement apeurées, douleurs lombaires, nycturies, acouphènes, etc. Plusieurs plantes médicinales adaptogènes sont aussi des toniques des Reins, comme le champignon reishi (Ganoderma lucidum), les racines d’ashwagandha (Whitania somnifera) ou l’éleuthérocoque (Eleutherococcus senticosus). Certains aliments comme les graines de sésame, les noix de grenoble, les algues, les œufs et les crevettes vont aussi nourrir l’énergie des Reins. On peut également faire un bouillon avec des coquilles d’œuf et des écailles de crevettes et l’utiliser comme base de soupe ou pour faire cuire du riz par exemple.
Dans une étude parue dans le Journal of Chinese Medicine 45 femmes ménopausées divisées en deux groupes ont reçu un traitement conventionnel incluant une supplémentation de vitamine D ainsi que de calcium oralement et intra-musculairement. Le premier groupe recevait en plus un mélange de plantes médicinales chinoises pour tonifier le Rein contenant entre autres Rehmanniae glutinosae et Poriae cocos. Après 8 mois de traitements on a pu observé dans le premier groupe une diminution de la douleur ainsi qu’une augmentation de la concentration d’œstrogène. De plus, la densité osseuse s’était améliorée après quatre mois dans les deux groupes et avait continué d’augmenter dans le groupe qui prenait le mélange de plantes médicinales pour être supérieur à l’autre groupe à la fin de l’étude (Zhao Gang et al, JTCM June 2003).
Par ailleurs, si le Qi de la Rate n’est pas suffisant, les nutriments ne seront pas bien extraits des aliments, les os ne pourront pas se reconstruire faute de matériaux. Les plantes médicinales amères stimulent le Qi de l’Estomac pour permettre aux aliments d’être bien assimilés.
Plantes médicinales à favoriser
Feuilles d’ortie
Urtica dioica

Plantes médicinales reminéralisantes : Plusieurs plantes médicinales sont riches en minéraux essentiels à la fabrication du tissu osseux. Elles sont plus efficaces extraites dans l’eau sous forme d’infusion ou de sirop ou encore dans le vinaigre de cidre de pomme biologique.

  1. Ortie – Urtica dioica : Ces feuilles riches en minéraux essentiels à la formation du tissus osseux sont aussi chargées de chlorophylle, de vitamine C, de caroténoïdes et de vitamines B. 
  2. Avoine – Avena sativa : En plus de contenir du calcium, les sommités fleuries d’avoine nourrissent le système nerveux et calment le stress qui contribue à la destruction des os.
  3.  Prêle – Equisetum arvense : Les parties aériennes de la tige stérile de cette plante médicinale riche en silice sont un excellent adjuvant aux autres plantes reminéralisantes et permettent aux nutriments, dont le calcium, de se fixer dans les os et les dents.
Plantes médicinales adaptogènes : En diminuant et en réparant l’impact physiologique du stress sur l’organisme ces plantes ont entre autre la capacité d’augmenter les processus anaboliques et ainsi la formation de nouveaux tissus tout en diminuant la destruction de la masse osseuse. La majorité des plantes adaptogènes gagnent à être extraites dans l’eau, sous forme de décoction longue ou réduit.

  1. Ashwagandha – Whitania somnifera : Les racines de cette plante adaptogène
    Baies d’ashwagandha
    Whitania somnifera

    originaire d’Inde et de la médecine ayurvédique ont la particularité d’améliorer rapidement la qualité du sommeil et de diminuer l’inflammation et la douleur dans le corps. Comme toute adaptogène elles vont augmenter les processus anaboliques et permettre à la densité osseuse de se stabiliser, voir d’augmenter.

  2.  Cordyceps – Cordyceps sinensis : Ce champignon parasite poussait à l’origine sur des insectes. Aujourd’hui il est cultivé mais reste quand même assez onéreux. Un des plus grands tonique chinois, il a la capacité de nourrir l’essence vitale et ainsi prévenir et guérir les maladies liées au vieillissement. Comme il nourrit autant le Yin que le Yang, il convient à tous et peut être utilisé de façon très sécuritaire. Combiné à d’autres grands toniques comme le champignon reishi (Ganoderma lucidum) ou les racines d’astragale (Astragalus membranaceus) ou de ginseng (Panax quinquefolium), son efficacité sera encore plus grande.
Ainsi, combinés à de saines habitudes de vie, les plantes reminéralisantes et adaptogènes sont un soutien efficace pour prévenir et stabiliser la perte de masse osseuse, en plus d’améliorer grandement la qualité de vie à plusieurs niveaux.
Références :
Osteoporosis : a Discussion, Jane Lyttleton paru dans le Journal of Chinese Medicine, 1990.
Yance, Donald, Adaptogens in Medical Herbalism : Elite Herbs and Natural Compounds for Mastering Stress, Aging, and Chronic Disease, Healing Arts Press, 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *