Formations et consultations en herboristerie et massage énergétique chinois

17 janvier 2012

Remèdes de cuisine contre le rhume et la grippe : première partie

De retour de vacances, toute ma petite famille se voit aux prises avec une petite grippe… Fatigue des vacances, sucre et alcool ou trop de tout font que le système immunitaire est moins efficace qu’en temps normal, mais y a-t-il des « temps normaux »? Ce qui me mène à vous parler d’une de mes plante préférées pour ces petits maux d’hiver : l’ail.


Et un atelier que je donnerai à Bromont (àune heure de Montréal) le 4 février prochain de 13 h à 16 h : Soignezvotre famille naturellement : tout ce que vous voulez savoir pour soignernaturellement rhumes, grippes et infections respiratoires de vos petits etgrands enfants!

Mais revenons à l’ail
Bulbes d'ail
Allium sativum
Plante médicinale souvent oubliée mais presque toujours présente dans les cuisines, sinon vraiment accessible dans n’importe quel super marché de quartier. Il est préférable de choisir des bulbes de culture biologique qui seront plus efficaces, mais si vous n’en avez pas près de chez vous, même de l’ail conventionnel pourra chasser un rhume ou une grippe facilement.

L’ail se cultive facilement au Québec. On peut planter les gousses dans la terre à l’automne pour récolter les bulbes vers le milieu de l’été suivant. Ces bulbes sont ensuite séchés pour être consommé dans la cuisine ou comme plante médicinale. L’ail est à la fois efficace contre les virus, les bactéries et les infections fongiques; elle peut donc agir contre la plupart des infections respiratoires et de façon très efficace.

Comment utilise-t-on l’ail pour ses propriétés médicinales?

L’ail peut être mangé cru, on le hachera et l’écrasera très fin pour ensuite le laisser reposer deux à trois minutes, le temps que les composés actifs de l’ail se forment : « L’ail contient, lorsqu’intact, de l’alliine et de l’allinase (une enzyme) dans des compartiments séparés. Lorsque l’ail est écrasé, ces deux substances (inodores) entrent en contact et forment l’allicine. » (Extrait du Materia Medica de Flora Medicina, p. 30, Édition2010)

On peut alors manger cette pâte, ou encore la mélanger à de l’eau pour avaler l’ail plus facilement, à du miel non pasteurisé et en consommer une petite quantité régulièrement dans la journée, ou dans de l’huile végétale pour ajouter aux vinaigrettes de nos salades. Mélangée à de l’huile végétale elle pourra aussi servir pour masserles pieds des enfants – qui seront sûrement moins enclin à manger de l’ail cru – pour diminuer la toux, les nez bouché et aider à guérir rhume, grippe et infections respiratoires.

D’autres choisiront d’insérer une gousse qui ne sera pas écrasée ou fendue (les sucs de l’ail sont très dermocaustiques et pourraient engendrer des brûlures) dans l’anus, comme un suppositoire. Les principes actifs de l’ail seront ainsi absorbés dans le sang. Comme les constituants actifs de l’ail sont excrétés par les poumons – ce qui explique « l’haleine d’ail » peut importe le mode de consommation – cette plante médicinale exercera son action tout au long de son chemin dans le corps.

Pourquoi ça ne marche pas?

L’erreur que je vois le plus fréquemment quand je parle à mes clients est qu’ils ne consomment pas assez de plantes médicinales ou ne commencent pas le traitement assez tôt. En effet, c'est dès les premiers symptômes (yeux et gorge irrités, fatigue, éternuements) qu’il faut prendre des plantes médicinales pour maximiser leur efficacité.

Par ailleurs, les plantes médicinales, n’ayant pas une action de longue durée dans l’organisme, doivent être prises aux deux heures maximum, donc six à huit fois par jour, pour être efficaces en traitement de maladie aigüe comme le rhume, la grippe ou une infection respiratoire. Et surtout, ne pas arrêter tout de suite quand on se sent mieux. Il est important de continuer plusieurs jours, et de se reposer, pour que le corps puisse prendre le dessus de cette infection virale ou bactérienne.

Finalement, si vous avez l’estomac plus sensible, il se peut que cette plante médicinale vous cause de petits maux de ventre. Diminuez la dose mais pas la fréquence des prises pour avoir une action efficace mais sans les inconforts digestifs.

La prochaine fois : Thym, citron et ingrédients de cuisine contre les maux d’hiver.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire