Formations et consultations en herboristerie et massage énergétique chinois

25 septembre 2014

Enterovirus et plantes médicinales

Cet automne un nouveau virus a été détecté par les hôpitaux et centre de soins, il sème l’inquiétude chez les gens par ses effets secondaires puisque les personnes atteintes, surtout si elles avaient déjà des faiblesses au niveau du système respiratoire (asthme, coqueluche, tuberculose, etc.) peuvent avoir des symptômes plus graves.
Ce virus nommé « entérovirus D68 » donne les mêmes symptômes qu’un rhume – écoulement et congestion nasale sans fièvre – mais peut chez les enfants souffrant d’asthme par exemple, entrainer de graves faiblesses respiratoires et un manque d’oxygénation, il est donc important dans ces cas de consulter un médecin.
Comme dans toutes les maladies, la prévention reste la meilleure façon d’éviter ces problèmes :
  • Bien se laver les mains pour diminuer les risques de contagion.
  • Garder les enfants à la maison s’ils sont malades.
  • Essayer de se reposer le plus possible.
  • Diminuer la consommation de sucre, qui affaiblit le système immunitaire, et de produits laitiers, qui augmentent la congestion au niveau des voies respiratoires et donc leur capacité à se défendre contre les intrus comme les virus
  • Prendre une supplémentation en pro biotiques : Il existe plusieurs produits sur le marché adaptés à tous les âges et augmentent l’immunité, donc la protection aux infections.
  • Consommer régulièrement des plantes médicinales qui nourrissent le système immunitaire comme l’Astragale – Astragalus membranaceus, le Codonopsis – Codonopsis pilosula ou le Reishi – Ganoderma lucidum.

Plantes médicinales en début d’infection
Pour qu’elles soient efficaces ces plantes doivent être prises très fréquemment (aux heures ou aux deux heures) – pour un adulte moyen prendre 2 ml de teinture ou une tasse d’infusion toutes les heures par exemple. On peut alterner avec des applications ou des diffusions d’huiles essentielles dans la journée, comme Eucalyptus radiata et Cinnamomum camphora. Une fois que les symptômes diminuent, on peut ralentir la fréquence pour passer à quatre à six fois par jour, mais continuer le traitement quelques jours de plus pour s’assurer d’une guérison complète.
Sureau – Sambucus nigra
Fleurs de sureau
Sambucus canadensis

Baies de sureau
Sambucus canadensis
Les fleurs ou baies de sureau sont un antiviral très puissant, surtout efficace contre les virus de la grippe et du rhume. En plus de contrôler directement le virus dans son mode de réplication, le sureau va diminuer la congestion et les écoulements nasaux. On peut le prendre sous forme d’infusion, de teinture ou de glycéré. Il existe aussi plusieurs produits à base de baies de sureau sur le marché, notamment un sirop de sureau de la marque Suro, fait au Québec.

Thym – Thymus vulgaris
Thym - Thymus vulgaris
Les feuilles de thym, cette fine herbe très connue en cuisine, sont antibactériennes et antivirales. Elles assèchent le mucus des voies respiratoires et peuvent empêcher l’infection virale de dégénérer en infection bactérienne. À consommer un maximum de sept à dix jours consécutifs sous forme d’infusion, de teinture ou de glycéré.



Ail – Allium sativum
Gousses d'ail
Allium sativum
Les gousses d’ail crues sont de puissants antibactériens à large spectre, antiviral, antifongique et antiparasitaire. Contrairement aux autres plantes que l’on prendra plusieurs fois par jour, je suggère en général de manger une à deux gousses crues et fraichement hachées (pour un adulte moyen). Pour les enfants, on peut appliquerune huile faite quelques heures à l’avance sur les pieds des tout petits. Attention, l’ail peut provoquer des chutes de pression chez les personnes qui souffrent de basse pression chronique.


Comme dans toutes les maladies la prévention reste le remède le plus efficace, mais encore une fois, les plantes médicinales sous forme d’huile essentielle, d’infusion ou autre extraction traditionnelle peuvent soulager et guérir si on les utilise correctement. Bon automne!

11 septembre 2014

Insomnie quand tu nous tiens

Avoir des problèmes de sommeil peut être très frustrant et rendre les journées suivantes difficiles au niveau de la concentration, de la mémoire et même de l’humeur. À long terme, un sommeil irrégulier ou non réparateur peut entrainer des déséquilibres hormonaux et une baisse de l’immunité.
Tout d’abord
Avant même de vous parler de plantes médicinales je dois souligner l’importance de certains facteurs qui peuvent paraitre évident mais que je constate régulièrement dans ma pratique :
Éviter les stimulants : Effectivement, plusieurs de mes clients ont vu une grande amélioration de leur sommeil en diminuant et éliminant le café ou autres boissons contenant de la caféine ou autre stimulant.
Consommer une grande quantité de légumes verts : Ils contiennent le magnésium nécessaire au système nerveux pour rester calme. On en retrouve aussi abondamment dans les graines de chanvres.
Couper l’ordinateur, les tablettes électroniques et la télévision : L’écran de ces appareils stimulent – via le nerf optique – directement votre système nerveux. Arrêter leur utilisation quelques heures avant d’aller vous coucher permet à votre organisme de faire une transition vers le sommeil.
Vous avez de la difficulté à vous endormir ou vous rendormir?
En médecine traditionnelle chinoise et en herboristerie, la forme d’insomnie en dit long sur la cause du problème. Si vous avez de la difficulté à vous endormir ou que vous vous réveillez systématiquement entre une heure et trois heures du matin, il se peut que les problèmes de sommeil soient liés à votre foie. En effet, lorsque l’énergie, ou le Qi, du Foie bloque cela entraine ce type d’insomnie. Dans les causes évidentes on pense à un repas trop lourd ou trop tard en soirée ou l’utilisation de l’ordinateur ou de la télévision avant d’aller se coucher, mais ce qui « coince » le plus souvent le foie ce sont les frustrations quotidiennes ou les émotions non exprimées. Tenir un journal en fin de journée, parler à un ami ou consulter un psychothérapeute peut aider à faire circuler toute cette énergie et même vider la tête de toutes les pensées qui tournent sans arrêt et nous empêche de nous endormir. Faire de l’exercice régulièrement contribue aussi à faire circuler le Qi et diminuer l’insomnie.
Pour aider à l’endormissement je recommande des plantes qui soutiennent le foie comme la racine de pissenlit (Taraxacum officinale) ou le rhizome de curcuma (Curcuma longa) prises sur une base quotidienne et accompagnées de plantes médicinales calmantes dont voici quelques exemples :
Scutellaire – Scutellaria lateriflora
Sommités fleuries de scutellaire
Scutellaria lateriflora

Une de mes plantes médicinales calmante préférée, les sommités fleuries de scutellaire, par leur goût amer, aide à faire circuler le Qi du Foie et calmer l’anxiété presque instantanément. Elles nourrissent le système nerveux et à long terme harmonisent les émotions et permettent d’être moins sensible aux stress quotidien. À court terme une dose plus forte (1 à 2 ml de teinture) aide à s’endormir. Dans ce cas je la combine toujours à de la lavande (Lavendula angustifolia) qui est un puissant calmant du système nerveux et un relaxant musculaire et de la mélisse (Melissa officinalis). Ce type de mélange peut être repris au besoin dans la nuit si l’insomnie revient.
Mélisse – Melissa officinalis
Feuilles de mélisse
Melissa officinalis
Les feuilles de cette autre plante calmante peuvent être consommées en teinture, vinaigre ou infusion. Pour un problème chronique d’anxiété ou d’insomnie je recommande souvent l’infusion en journée et la teinture au coucher ou dans la nuit. Une de ses propriétés intéressante est d’aider à se souvenir des rêves, cette porte vers l’inconscient est utile pour prendre des décisions ou travailler sur son monde émotif. En plus d’agir sur le système nerveux, la mélisse soutient la digestion en diminuant la formation de gaz et de ballonnements et aide à combattre les poussées d’herpès.
Vous vous réveillez fréquemment la nuit?
Il se peut que vous vous endormiez facilement mais que vous ayez l’impression de dormir peut profondément ou de vous réveiller au moindre petit bruit ambiant. Un stress chronique ou des quarts de travail variables peuvent entrainer des problèmes de sommeil de ce genre. Comme je l’expliquais dans un article précédent, l’axe entre l’hypophyse, l’hypothalamus et les glandes surrénales peut se dérégler avec le temps et emmener ce type de problème de sommeil. C’est une insomnie qui s’installe graduellement ou après un changement d’habitudes plus important comme la perte d’un emploi ou un accouchement.
Dans ce type d’insomnie, les plantes médicinales privilégiées sont adaptogènes. Elles permettent de retrouver l’équilibre entre ces trois glandes maitresses en nourrissant et soutenant les glandes surrénales. Consommées de façon quotidienne, l’action de ces plantes est en général perçue au bout de trois semaines et est cumulative. Plus la prise de la plante choisie sera longue (mois ou années), plus l’action sera profonde et permanente.
Ashwagandha – Whitania somnifera
Baies d'ashwagandha
Whitania somnifera
Comme son nom latin l’indique, les racines de cette plante sont utilisées pour favoriser le sommeil. C’est la seule plante adaptogène qui aura une action rapide sur le sommeil. Un des usages traditionnels de cette plante est de mélanger 1 c. à thé de poudre de racines à une tasse de lait et chauffer 15 mn. On peut remplacer le lait de vache par un lait végétal au choix (soja ou amande) et la préparation est bue avant le coucher. En plus de favoriser un sommeil rapide et profond l’ashwagandha va nourrir les glandes surrénales et améliorer la tolérance au stress par l’organisme – augmenter la concentration, la mémoire, la résistance au stress ou aux changements et diminuer l’inflammation chronique. Cette plante médicinale peut aussi être utilisée en capsules, teinture ou vinaigre.
Il existe plusieurs autres plantes adaptogènes et certaines comme l’éleuthérocoque (Eleutherococcus senticosus) favorisent un sommeil profond après quelques semaines tout en donnant plus d’énergie dès la première semaine d’utilisation. On peut choisir de la prendre le matin et l’ashwagandha le soir.
Comme plusieurs types d’insomnie sont souvent présents en même temps, on peut superposer les plantes adaptogènes aux plantes calmantes et sédatives. Il existe aussi de nombreuses autres plantes sédatives comme la passiflore, le houblon ou la gentiane. Le travail d’un herboriste thérapeute consiste à choisir les bonnes selon les symptômes et le type de personne qui recherche ce soutien.


6 août 2014

Mes fines herbes médicinales préférées - Votre cuisine peut vous soigner!

Toutes vos fines herbes et épices de cuisine ont des propriétés médicinales, le saviez vous? Le 9 août prochain, je donnerai uneformation pour découvrir les vertus de ces plantes et apprendre à fabriquer unvinaigre médicinal dans un magnifique jardin à Bromont. En attendant, je vous présente mes préférées et je vous invite à les essayer. Leur goût est très agréable et leurs effets, nombreux.

ThymThymus vulgaris
Fleurs de thym
Thymus vulgaris
Les feuilles de cette plante médicinale vivace sont un aromate commun dans nos cuisines. Elles renferment de nombreuses propriétés médicinales. Antiseptique puissant des voies respiratoires, le thym est très intéressant en cas d’infection virale ou bactérienne (rhume, grippe, amygdalite, otite, bronchite). On peut le prendre en infusion, teinture ou vinaigre. Pour les enfants, on peut diluer l’infusion dans un jus de fruit. Comme pour toutes les plantes médicinales utilisées pour traiter une infection, il est important d’en prendre une assez bonne dose et, surtout, toutes les heures ou toutes les deux heures pour qu’il y ait un impact sur l’agent pathogène (virus, bactérie, etc.).
Attention : les feuilles de thym sont à éviter durant une trop longue période (plus de trois semaines) ou pour les enfants de moins de deux ans, puisque leurs huiles essentielles peuvent être irritantes pour les reins. Un bain de vapeur peut être utilisé comme solution de rechange pour les tout-petits (ou les plus grands). En versant de l’eau bouillante sur des feuilles de  thym sèches, une vapeur riche en huiles essentielles thérapeutiques s’en dégage. Il suffit de la respirer pour en retirer les bienfaits, puisque ces essences volatiles agissent alors directement sur les voies respiratoires.

RomarinRosmarinus officinalis
Feuilles de romarin
Rosmarinus officinalis
Je crois que le romarin reste une de mes plantes médicinales préférées. Antiseptique comme le thym, il va en plus stimuler la circulation sanguine et ainsi réchauffer les extrémités et emmener plus de
sang et d’oxygène au cerveau pour augmenter considérablement la mémoire et la concentration. On peut prendre une tasse d’infusion ou 1 ml de teinture ou de vinaigre de romarin après le repas du midi, par exemple, pour se redonner un peu d’énergie pour terminer sa journée de travail. Il n’a pas l’effet « adrénergique » du café et n’augmente pas l’anxiété ou les palpitations cardiaques. Chez les personnes en Vide de sang en médecine traditionnelle chinoise, le romarin calme l’anxiété et donne l’impression d’être plus « centré ».
Pour stimuler la circulation du sang, on peut aussi utiliser le romarin en externe. Sous forme d’infusion, il peut servir de produit de rinçage pour les cheveux afin de stimuler leur repousse ou dans un bain de pieds ou de mains, il peut aider à réchauffer les extrémités. Les feuilles de romarin peuvent également être extraites après macération dans l’huile et appliquées sur la peau.

FenouilFoeniculum vulgare
Graines de fenouil
Foeniculum vulgare
Les graines de fenouil constituent la partie la plus médicinale de la plante, car leur concentration en huiles essentielles est plus grande. Pour diminuer les gaz et les ballonnements, on peut consommer ces graines en infusion, teinture ou vinaigre. Les graines de fenouil constituent l’une des rares plantes qui peuvent être données aux nouveaux-nés. Elles sont excellentes pour diminuer les coliques. De plus, comme leurs propriétés passent dans le lait maternel, si la mère en consomme, celles-ci augmenteront la production le lait tout en aidant à diminuer les coliques et les inconforts digestifs du bébé.
Je recommande souvent ces graines dans un bain de vapeur pour calmer la toux, car leur action antispasmodique des muscles lisses diminue la toux sèche non productive. En ajoutant des fleurs de lavande à ce bain de vapeur, vous aiderez toute la famille à mieux dormir.


30 juillet 2014

Maladie de Lyme et plantes médicinales

Depuis plusieurs années maintenant, je reçois des personnes atteintes de la maladie de Lyme. Quand elles viennent d’être piquées par une tique porteuse, le traitement est très efficace et assez court (de quelques semaines à quelques mois). Par contre, pour les personnes souffrant de la forme chronique et qui ont des symptômes depuis quelquesannées, le traitement peut être très long (plusieurs années). La bonne nouvelle, c’est que les plantes médicinales sont efficaces, et les gens retrouvent une qualité de vie rapidement. Cet été, de plus en plus de cas sont répertoriés au Québec, surtout en Estrie.
Je donnerai un atelier le 7août à Bromont pour mieux comprendre la maladie de Lyme, comment la prévenir et latraiter naturellement. En attendant, le présent article vise à répondre à certaines questions qui me sont souvent posées.
Qu'est-ce que la maladie de Lyme
La maladie de Lyme est une maladie causée par au moins trois bactéries de la famille de Borrelia, la Borrelia bugdorferi étant la plus commune en Amérique du Nord. Son nom vient des villes de Lyme et Old Lyme au Connecticut, où elle a été observée pour la première fois en 1975, là où les souches de bactéries s’installent dans les tissus conjonctifs de l’organisme comme parasite. Les symptômes sont nombreux et variés. Ils dépendent du type de bactérie qui a envahi l’organisme, ainsi que des co-infections qui peuvent être présentes : Babesia, Bartonnella, Ehrlichia ou autres.
Le genre Borrelia appartient à la famille des spirochètes, des bactéries présentes sur terre depuis des milliards d’années et qui ressemblent à des vers en forme de tire-bouchon. Cette forme leur permet de se déplacer dans les tissus de tous genres. Ces bactéries affectionnent particulièrement les tissus plus « mous » comme le cartilage du genou ou l’humeur aqueuse des yeux. Elles peuvent « manipuler » notre système immunitaire pour que nous produisions des substances qui détruiront nos propres cartilages et tissus conjonctifs afin de se nourrir – ce qui cause l‘inflammation et l’œdème. Ces bactéries sont très intelligentes et s’adaptent facilement à leur environnement. De plus, elles ont la capacité de s’enkyster, c’est-à-dire de prendre la forme d’un kyste pour survivre dans des conditions où la forme « bactérie » ne survivrait pas (température sous le point de congélation, absence de nourriture, urine des animaux, présence d’antibiotiques, etc.). Ces bactéries produisent des endotoxines qui peuvent être neurotoxiques, mais qui causent surtout beaucoup d’inflammation dans les tissus où elles sont libérées. Ces toxines sont responsables d’une grande partie des symptômes et elles augmentent lorsqu’une certaine quantité de bactéries meurt, ce qui crée ce qu’on appelle le Herxheimer.
Efficacité des tests
La meilleure façon de repérer l’infection reste la marque laissée sur le corps (un cercle rouge avec un rond blanc à l’intérieur), mais ce cercle n’est présent que sur un tiers des personnes infectées seulement. Une autre façon consiste à garder la tique trouvée sur le corps pour la faire analyser et connaître les types de bactéries dont elle était porteuse.
Par contre, dans la majorité des cas, ni la marque rouge sur le corps ni la tique ne seront trouvées ce qui rend le diagnostic difficile. De plus, durant les premières semaines de l’infection, l’organisme ne produit pas assez d’anticorps, ce qui donne des analyses sanguines ayant comme résultat de faux négatifs. Par la suite, certains anticorps disparaissent avec le temps même si les spirochètes sont toujours présents. Les niveaux de spirochètes peuvent être tellement bas que ceux-ci ne sont même pas détectables en biopsie. Finalement, ils peuvent s’enkyster et devenir invisibles. Deux analyses sanguines sont les plus couramment utilisées : Elisa et Western Blot. Le test Elisa ne devrait pas être utilisé puisqu’il est inefficace pour un tel diagnostic. Avec ce test, un grand pourcentage de personnes, un résultat faux négatif, et certaines personnes, de faux positifs. Il est donc à éviter. Le Western Blot reste le plus adéquat, même si 20 à 30 % des personnes infectées obtiendront des résultats négatifs avec ce test. Il faut demander à voir les résultats sur toutes les « bandes » testées.
Dans le cas où la tique n’a pu être identifiée, les symptômes peuvent être une source de diagnostic. À surveiller :
·       Fièvre et douleurs rhumatismales inexpliquées
·       Douleur et enflure des articulations inexpliquées
·       Problème de mémoire et de concentration
·       Fatigue intermittente
·       Insomnie et anxiété
·       Érythème et éruptions cutanées
·       Myélodysplasie
·       Problèmes de dents, troubles menstruels, etc.
Il est aussi faux de croire que la bactérie ne pourra être transmise si la tique est enlevée rapidement (moins de 24 heures).
Prévention
La première chose à faire reste de se couvrir le corps le plus possible en nature et de vérifier en rentrant à la maison s’il y aurait présence de tique sur la peau. Il est suggéré de se faire vérifier le dos au besoin. En période de forte présence de tiques, c’est-à-dire du début de l’été jusqu’en décembre, on peut prévenir une infection en tonifiant le système immunitaire avec de l’astragale, du reishi, ou d’autres plantes.
Comment enlever une tique
sur la peau
Si l’on trouve une tique, il faut l’enlever de cette façon et la conserver pour vérifier si elle est porteuse de spirochètes afin d’orienter le traitement. On peut ensuite appliquer sur la peau une huile essentielle antibactérienne comme de l’huile essentielle d’origan et prendre tout de suite des plantes médicinales.
Infection à court terme
La période d’incubation de la maladie peut varier de quelques jours à quelques années, mais elle dure en moyenne une à deux semaines. Les premiers symptômes ressemblent à une infection virale commune et incluent de la fièvre, des maux de tête et de la fatigue. Une éruption cutanée circulaire peut ou ne pas être présente à l’endroit de la piqure. On ne devrait pas se fier à ce symptôme pour confirmer un diagnostic puisqu’il est fréquemment absent, et ce, malgré la présence d’une infection.
Plantes médicinales à privilégier durant les premières semaines 
Renouée japonaise
Polygonum cuspidatum
·       Eleuthéro (Eleuthérococcus senticosus)
·       Andrographis (Andrographis paniculata)
·       Renouée japonaise (Polygonum cuspidatum). Eh oui! Cette plante envahissante que plusieurs s’évertuent à éliminer au sud du Québec est dotée de propriétés médicinales. Étant anti-bactérienne et anti-inflammatoire, elle fait partie intégrante d’un traitement contre la maladie de Lyme.
Infection à long terme
Comme plusieurs des symptômes à court terme peuvent passer inaperçus, la maladie peut souvent s’installer et perdurer plusieurs années. De plus, comme le temps d’incubation peut être de quelques années, les symptômes peuvent apparaître après une longue période de temps. Le traitement devient alors plus complexe puisque les toxines et les bactéries entraînent des symptômes souvent handicapants physiquement (douleurs, paralysies) ou mentalement (confusion, anxiété, insomnie). Il vaut mieux consulter un thérapeute expérimenté qui pourra vous orienter dans le choix des plantes médicinales, des suppléments et des habitudes de vie qui aident à diminuer les symptômes, à contrôler les bactéries et à tonifier le terrain.